Marcher en sécurité, même l’hiver

La tendance est à la randonnée d’hiver. Mais comment se préparer à une randonnée dans la neige? Que doit-on mettre dans son sac? Et comment rentrer le soir en toute sécurité?

Claudia Peter

Astuces pour la randonnée hivernale. Photos: Randy Schmieder

Le silence feutré et le faible craquement des pas dans la neige scintillante alors que l’on traverse la forêt hivernale... Le soleil éblouissant et l’infinité des montagnes que l’on contemple une fois parvenus au-dessus de la couche de brouillard. Cette douce sensation de chaleur devant sa tasse de chocolat chaud bien méritée après la randonnée. On peut vivre des choses inoubliables durant une randonnée d’hiver ou une sortie à raquettes.

Mais comment se préparer au mieux à une randonnée dans la neige? De quoi faut-il tenir compte pour être sûr(e) de rentrer dans son salon douillet une fois la nuit tombée? Il est recommandé de bien préparer chaque sortie et de veiller aux points suivants.

Suivez la signalisation et les marquages.

En été comme en hiver, il faut suivre la signalisation et les marquages. Les chemins de randonnée d’hiver sont signalés en rose fluorescent et sont praticables avec des chaussures de randonnée normales. L’itinéraire est marqué par des poteaux et des panneaux jaunes indiquent les destinations et le temps de marche nécessaire pour les rejoindre. Les itinéraires de randonnée à raquettes sont également signalés en rose, avec l’indication complémentaire que des raquettes sont indispensables pour les suivre. Il ne faut pas quitter les chemins signalisés, pour sa propre sécurité, mais également pour protéger la faune. Les animaux sauvages ne doivent pas être dérangés, si possible, afin qu’ils ne brûlent pas inutilement leurs réserves d’énergie, notamment de graisse.

Il convient de consulter les dernières informations, en particulier après des chutes de neige ou lorsque le temps est mauvais. Quels sont les horaires d’ouverture des remontées mécaniques? Et surtout, à quelle heure la dernière remontée descend-elle dans la vallée? Les prévisions annoncent-elles de fortes chutes de neige ou une tempête? Aurait-on le temps de se mettre l’abri avant que le mauvais temps arrive? Existe-t-il des raccourcis? Est-ce que des tronçons, notamment sur les itinéraires de randonnée à raquettes, sont fermés pour cause de danger d’avalanche? Si l’on prévoit de s’arrêter dans une auberge de montagne, a-t-on vérifié ses horaires d’ouverture l’hiver? On trouve de nombreuses réponses à ces questions en téléphonant à la remontée mécanique en question ou à l’office du tourisme. Enfin, durant la randonnée, il faut garder un œil sur le temps et en cas de doute, en particulier lorsque la visibilité est mauvaise, rebrousser chemin.

 

Un bivouac en hiver est inconfortable et peut être dangereux

Alors que l’on peut improviser sans trop de difficultés un bivouac en été, il est plus inconfortable et délicat d’organiser un bivouac d’urgence en hiver, car potentiellement mortel en raison du froid. C’est pourquoi il est recommandé de ne sortir qu’en plein jour et non pas au crépuscule ou durant la nuit. Cela est également important pour protéger la faune et la flore. Il faut donc impérativement planifier suffisamment de temps pour faire des pauses et anticiper un éventuel retard, parce qu’on s’est perdus ou parce qu’on a surestimé sa vitesse de marche.

On coupe à travers la piste de ski? On suit la piste de luge? Cela peut s’avérer dangereux en cas de collision. Les skieurs et les lugeurs peuvent atteindre des vitesses surprenantes. Le mot d’ordre en l’absence de signalisation est donc: «La piste de luge aux lugeurs, le chemin de randonnée aux randonneurs». Les skieurs, les lugeurs et les randonneurs ne devraient pas se croiser, si possible. Les randonneurs ne doivent utiliser les pistes de ski, de luge ou de ski de fond (marquées en turquoise) que lorsque la signalisation les y autorise, tout en restant très vigilants quant à la praticabilité de la voie pour les piétons.

Écharpe et lunettes de soleil dans le sac

La protection du soleil: importante particulièrement en hiver.

Pour terminer, il est important de veiller à disposer d’un équipement de qualité complet, comme en été. Cela signifie que l’on doit avoir des chaussures de randonnée qui tiennent le pied, une veste coupe-vent et imperméable, de même qu’une bonne sous-couche, une capuche, des gants et une écharpe. La température peut monter en hiver au soleil, mais il faut impérativement emporter suffisamment de vêtements chauds pour se protéger en cas d’intempérie ou d’accident, ou tout simplement lors des pauses. Il est important de ne pas négliger les lunettes de soleil ainsi que la crème solaire en hiver, car la lumière du soleil est encore reflétée dans la neige. Bien entendu, il faut emporter des cartes et une petite trousse de premiers secours, une lampe de poche afin de pouvoir consulter les cartes et autres plans à la tombée de la nuit et, selon la sortie, un équipement de protection contre les avalanches.

Voilà comment bien se préparer à arpenter les montagnes en hiver. Et si l’on arrive encore à caser un thermos de thé chaud dans le sac à dos, rien ne pourra plus gâcher cette journée de randonnée inoubliable en hiver.