Fascination neige

En réalité, il s'agit de simples précipitations, d'eau gelée qui tombe du ciel. Pourtant, pour de nombreuses personnes, l'hiver n'est pas le même sans neige.

Vera In-Albon

Photo: Markus Ruff

La neige est bien plus que de simples flocons et une masse blanche et molle. Est-ce pour cela qu'elle connaît un si grand nombre de noms différents dans les autres langues?

La neige n'est pas composée de gouttes de pluie gelées, celles-ci tombant en effet du ciel sous forme de grêle. La neige naît dans les nuages par des températures de max. -12 °C. Des gouttelettes microscopiques se fixent à ce que l'on appelle un germe de cristallisation (du sable ou des particules de poussière) et gèlent, formant ainsi de minuscules cristaux de glace. Lorsque la vapeur d'eau contenue dans l'air se fixe à ces cristaux, ceux-ci continuent à grossir en tombant à travers d'autres nuages et forment ainsi les fameuses formes hexagonales caractéristiques des cristaux de neige. Quant à la forme précise de ces cristaux, elle dépend de la température: les prismes et les plaquettes apparaissent aux températures les plus froides. L'air plus chaud forme des aiguilles de glace et les typiques étoiles à six branches (dendrites).

Les flocons de neige

Cristal de neige en forme d'étoile.

Un flocon n'est pas un cristal individuel mais une composition de cristaux liés par des gouttelettes d'eau. Ce qui explique que, lorsque les températures sont plus chaudes, les flocons sont plus gros et plus humides. Lorsque la neige s'accumule sur le sol, les cristaux grandissent en se soudant les uns aux autres et forment une structure. Toutefois, cette couche de neige n'est pas immuable: la température, le rayonnement du soleil, les précipitations et le vent la modifient sans cesse.

Petite «leçon de neige»

On trouve la neige poudreuse, molle et légère tout de suite après une chute de neige sèche. Ce type de neige n'apparaît toutefois qu'à des températures inférieures à 0°C. S'il fait plus chaud, la poudreuse se transforme en neige croûtée et cassante. Il s'agit d'une surface mince et dure produite par l'effet successif du dégel et du givre nocturne, qui se brise sous la charge d'un poids. La surface épaisse et dure pouvant supporter des charges, nommée neige tôlée, peut geler. Plus la neige tient, plus elle devient épaisse. La neige ancienne se transforme en névé lorsqu'elle reste plus d'une année.

100 mots inuits pour la neige

Emmitouflée dans la neige - le bonheur.

Saviez-vous que l'idée largement répandue que les Inuits disposent du plus grand nombre de mots pour désigner la neige est fausse? Cette idée découle du fait que, dans les langues eskimo-aléoutes, des concepts tels que «neige au sol», «neige fraîche» ou «neige qui commence à fondre» peuvent être exprimés par un mot unique (un peu comme « Schnee », « Neuschnee », « Pulverschnee » etc. en allemand). Le nombre de mots fondamentaux désignant la neige n'est pas plus important dans les langues eskimo que dans les autres langues. Il est par contre plus petit qu'en islandais qui comporte 16 racines pour la neige, comme par exemple «fannkoma» pour «chute de neige», «ofanbylur» pour «chute de neige par vent» sans oublier «hundslappadrífa » pour «fortes chutes de neige avec de gros flocons par temps calme».

Plus sur ce sujet

www.slf.ch/schneeinfo/index_FR