Panorama idéal, chemin fantastique

La vue sur le Cervin est spectaculaire et presque inégalable. Cela ne suffit toutefois pas pour randonner en toute sécurité: à Zermatt, dix personnes sont en charge d’aménager et d’entretenir les chemins afin que tout le monde puisse profiter des différents sports d’hiver de manière harmonieuse.

Elsbeth Flüeler, Severin Nowacki

Bain de soleil: le ciel est ici plus rieur qu’ailleurs, peut-être parce que le Cervin le chatouille.

«NO PROBLEM» telle est l’inscription brodée en lettres blanches sur son bonnet noir. Une promesse et un programme: «nous emprunterons le chemin de randonnée hivernale reliant Sunnegga à Zermatt», a déclaré Amédée Fux au téléphone lors de la préparation de la randonnée. Son ton déterminé a balayé toute objection et mis fin à toute discussion sur les meilleures et les plus belles randonnées hivernales à Zermatt. Une fois sur place, on constate que sa proposition a effectivement dépassé toutes les attentes. Le funiculaire de Sunnegga propulse ses voyageurs au beau milieu de hautes montagnes blanches, parmi lesquelles l’un des plus beaux sommets, le Cervin, dont la force et l’élégance ne laissent personne indifférent.
Amédée Fux dirige le service technique et veille, avec ses neuf collaborateurs, à l’entretien des chemins. Lors de la descente, il reste maître de la situation. Les mains dans les poches, il ouvre la marche et adapte son rythme afin de ne pas trop distancer Angelica Brunner, directrice de Valrando, qui le suit à vive allure.

Ein Vorbild an Perfektion. Das Matterhorn von Sunnegga aus, wo die Winterwanderung startet.

Un objectif commun

Angelica Brunner et Amédée Fux: une équipe expérimentée.

«No problems» c’est également le souhait des autorités du Valais quant aux chemins de randonnée hivernale du canton. En effet, la loi sur les itinéraires de mobilité de loisirs réglemente la manière dont les communes doivent concilier les différents intérêts des randonneurs, des vététistes, des cyclistes, des randonneurs en raquettes et des randonneurs hivernaux, ainsi que veiller à la protection de l’environnement, de la nature et du paysage. Ainsi, les activités de loisirs ne dérangeront plus les bouquetins, chamois, cerfs et chevreuils à l’avenir. Bien entendu, il s’agit également de prévenir les risques d’avalanches, de chutes de pierres et d’autres dangers naturels. L’objectif de cette loi est d’homologuer les itinéraires de mobilité de loisirs.

Celle-ci est en vigueur depuis le 1er janvier 2012, de même que son règlement. La manière dont les communes doivent mettre en place ces dispositions est donc également établie. C’est ici que Valrando joue un rôle essentiel. En effet, l’association cantonale de tourisme pédestre, qui s’est vu confier un mandat de prestations par le canton, conseille et soutient les communes quant à la planification.

Angelica Brunner et Amédée Fux ont déjà travaillé ensemble dans le cadre de la planification et de la signalisation du réseau de chemins de randonnée estivale. «La mise en oeuvre de cette nouvelle loi était simplement la suite logique d’une collaboration fructueuse», déclare Angelica Brunner. Amédée Fux a planifié les itinéraires pour le compte de Zermatt et bénéficié du soutien de Valrando. Résultat: un dossier complet incluant un rapport technique, un rapport de sécurité ainsi qu’un rapport sur l’entretien futur des chemins par la commune. Tout a été mis en oeuvre pour que l’homologation des chemins de randonnée hivernale de Zermatt soit approuvée sans objection par les autorités cantonales, y compris l’itinéraire reliant Sunnegga à Zermatt.

130 sapins de Noël recyclés

Des marches dans la neige: Zermatt joue la carte du confort.

Et quel itinéraire! Tout est pensé pour le confort du randonneur hivernal. Sur le chemin qui descend au hameau d’Egge, des marches aux longueur et largeur parfaitement adaptées sont creusées dans la neige. Aux endroits où la neige s’est trop tassée et menace de geler, une corde en chanvre ou des copeaux de bois aident à maintenir le rythme. Ces derniers proviennent des sapins de Noël des communes de Randa, Täsch et Zermatt, raconte Amédée Fux, «et ils sentent encore très bons».

A Eggen, les petites granges ont été transformées en de vraies maisons de vacances, dotées d’élégants salons ainsi que de piscines et jacuzzis intérieurs. Les randonneurs hivernaux ne voient toutefois rien de tout cela. En effet, les façades originales des granges ont été conservées. On peut même apercevoir ici et là une planche mal fixée ou une poutre penchée, ce qui, bien entendu, est fait exprès: rien ne doit faire douter les randonneurs du mythe du noble monde alpin. Les restaurants le long du chemin se préoccupent également de leur apparence. Le tourisme de masse (Zermatt accueille 30 000 visiteurs chaque jour) ne se répand pas jusqu’ici. Les gourmands doivent attendre avant d’être placés.

Des contrôles hebdomadaires

Si un panneau porte à confusion, il est discrètement masqué pour ne pas désorienter les randonneurs.

A Eggen, le panneau indicateur numéro 162 indique la direction à prendre pour Findeln. Amédée Fux montre le panneau rose et explique que la commune de Zermatt compte 230 poteaux en fer sur son territoire, sur lesquels il a fixé, avec ses collègues, des panneaux indicateurs: les jaunes indiquent les randonnées, les roses les randonnées hivernales et les rouges les pistes VTT. Bien entendu, toutes ces données sont enregistrées sur l’ordinateur de la voirie. En outre, si un panneau indicateur est susceptible de mener les randonneurs sur un mauvais chemin en hiver, il est dissimulé. Des piquets en bois roses sont également plantés le long de l’itinéraire. Un panneau d’avertissement jaune se trouve à l’intersection entre le chemin de randonnée hivernale et la piste de ski afin de prévenir les risques de collision.

Amédée Fux et son équipe peuvent résoudre tous les problèmes rencontrés sur les itinéraires et veillent à ce que les chemins soient toujours bien entretenus. Une fois par semaine, ils parcourent même les 40 kilomètres de chemins de randonnée hivernale afin de vérifier l’état des chemins et de collecter les déchets que les randonneurs négligents laissent derrière eux. En cas d’intempéries inattendues qui pourraient rendre certains passages dangereux, ils se rendent immédiatement sur place pour fermer le chemin avec des chaînes ou des panneaux d’avertissement.

Parmi les renards et les lapins

Amédée Fux et Angelica Brunner arrivent entre-temps au passage le plus impressionnant du chemin menant à la vallée: ils marchent le long d’un bisse creusé dans une paroi rocheuse. Bien entendu, le Cervin est toujours en vue. L’itinéraire se poursuit dans une forêt d’épineux clairsemée. «Chasse interdite», peut-on lire sur un panneau rouge. Ici, les renards, lièvres, chevreuils, tétras lyres et perdrix grises ne craignent rien, au grand plaisir des randonneurs hivernaux, qui se mettent aussitôt à chuchoter: ils ont aperçu un chevreuil et une chèvre qui broutent paisiblement dans le sous-bois, sans être dérangés par les spectateurs. Les randonneurs se rappellent soudainement qu’ils n’ont pas mangé depuis un moment et la faim, après deux heures de randonnée idyllique, les fait descendre vers Zermatt.

Une demande toujours plus forte

Le Cervin, omniprésent, quel que soit le lieu de randonnée.

Le Service du développement territorial du canton du Valais, responsable de la planification des itinéraires de mobilité de loisirs, suit les progrès des communes avec attention: «18 communes, la plupart touristiques, ont déjà terminé la procédure d’homologation pour les chemins de randonnée hivernale», déclare Martin Bellwald. C’est ce que visent également 25 autres communes.

Selon Amédée Fux, la demande pour des itinéraires de randonnée hivernale est très forte. Toutefois, Zermatt se contentera de ses 16 chemins de randonnée hivernale, car ces 40 kilomètres représentent un énorme investissement. Amédée Fux et son équipe passent deux à trois semaines à la fin de l’automne à préparer le terrain pour la grande ruée hivernale, qui les tient en haleine presque 24 heures sur 24.

En comparaison, l’été est beaucoup plus calme dans la station. Amédée Fux profite de cette saison pour sortir sa moto du garage et se diriger vers le nord, là où il n’y a pas de montagnes ni de problèmes à résoudre.

Voulez-vous faire cette randonnée? Voici la proposition

Randonnée hivernale

Sunnegga > Zermatt   6.9 km | 2 h 35

Existe-t-il une montagne plus majestueuse que le Cervin, dont le sommet semble chatouiller le ciel? Rien d'étonnant à ce qu'il préfère rester à l'écart de ses semblables. Cette randonnée permet de lui rendre hommage. Face au Cervin,....

Dans le magazine RANDONNER.CH 6/2019

au kiosque

dans notre shop

abonnement annuel

pour tablette iOs

et Android!