L'aboiement des agneaux

Le chien est un fidèle compagnon de l'homme depuis des siècles. Il l'accompagne, mais surtout il l'aide. On connaît les chiens policiers, les chiens de bergers et les chiens guides d'aveugles. Aujourd'hui, nous nous intéressons aux chiens de protection des troupeaux. (Photo: Agridea)

Vera In-Albon

Photo: Paul Esson

Les chiens ont pour mission de surveiller, seuls, des troupeaux de moutons ou de chèvres et de les protéger contre les grands prédateurs. Quand bien même les bergers de Maremme ou les chiens de montagne des Pyrénées auraient l'air de somnoler au soleil, ils n'en deviendraient pas moins de féroces protecteurs de leurs brebis, rapides comme l'éclair, en cas de danger. Comment l'expliquer?


Les chiens de protection des troupeaux ne sont pas des chiens de berger, dont la tâche est de garder le troupeau uni. Ce travail-là peut être confié à des chiens plus petits et plus agiles, tels que le border collie ou le berger australien. Les chiens de protection des troupeaux ne poursuivent pas l'ennemi – ce qui, en montagne, demanderait beaucoup d'énergie pour pas grand-chose – mais le font fuir par leur présence imposante en se postant, aboyant, entre le troupeau et l'agresseur. Pas étonnant que ce dernier prenne la poudre d'escampette, car un chien de protection adulte peut atteindre une hauteur de garrot de 80 cm.

Des brebis qui aboient

Photo : Agridea

Les chiens de protection passeront beaucoup de temps seuls avec leur troupeau, c'est pourquoi ils grandissent parmi leurs moutons. Leur éducation vise à leur donner beaucoup d'assurance et d'autonomie en complément de leur instinct de protection naturel. Toute créature étrangère sur le territoire du chien est d'abord observée, puis chassée si elle représente un danger.

Quid des randonneurs?

Chien de montagne des Pyrénées. Photo: Brianna Lehman

S'il veut aider un chien de protection de troupeau dans sa lourde responsabilité, le visiteur doit avoir un comportement adéquat. Il faut contourner le troupeau lentement, en restant à distance, afin de le déranger le moins possible. Si un chien de protection curieux viendrait à s'approcher du randonneur, celui-ci devrait garder son calme et laisser le chien faire son travail, car il a été entraîné pour reconnaître le danger. Pour en avoir le cœur net, le chien commence par courir vers l'étranger en aboyant. Lorsqu'il constate qu'il n'y a pas de danger imminent pour son troupeau, il fait demi-tour et se calme. Il est cependant tout à fait possible qu'il recommence plusieurs fois. On ne doit pas caresser un chien de protection de troupeau ni lui donner à manger, car une fois rendu docile, celui-ci délaisserait ses brebis. Si le chien se met à suivre le randonneur, il faut l'ignorer. Alors, il retournera auprès de ses bêtes. Vous trouverez de plus amples informations en cliquant sur les liens suivants:

 

www.randonner.ch/fr/randonnee/marcher-en-toute-securite-/chiens-de-protection-des-troupeaux
www.protectiondestroupeaux.ch