Que faire de ses vieux habits?

Le recyclage fascine les fabricants de vêtements de plein air: son but est de ménager les ressources et l'environnement, tout comme le fait le cycle continuel de vie et de mort dans la nature. Une vision merveilleuse certes, mais qu'en est-il en pratique? Que peuvent faire les clients?

Gaby Funk

Dans l'espoir de trouver des solutions, l'industrie et la recherche portent depuis un certain temps leur attention sur les fibres synthétiques, telles que le polyester ou le polyamide (nylon, etc.), qui sont fabriquées à 99% avec du pétrole, une ressource non renouvelable. Pour produire et recycler ces fibres, il faut des métaux lourds, également non renouvelables.
Dans les années 1980, Patagonia a commercialisé les premiers pulls en polaire fabriqués à partir de bouteilles en PET recyclées. Depuis, d'autres fabricants proposent des articles produits à partir de polyester et de polyamide recyclés, notamment Haglöfs, Klättermusen, Bergans et Houdini. L'étiquette ou la description du produit sur Internet (comme le montre très bien l'Eco-Index de Klättermusen) indique la part de matières recyclées et les composants du tissu.

Né de matériel usagé

Depuis quelques années, Fjällräven fabrique des vestes en polyester recyclé, sous l'appellation Eco-Shell. Les sous-vêtements fonctionnels Evolution Greentec de Odlo sont uniquement composés de résidus de polyester et entièrement recyclables, à condition de les ramener dans une installation de recyclage. La collection Green Shape de Vaude s'agrandit chaque année, elle regroupe plusieurs critères écologiques pour son label et contient aussi une grande part de polyester recyclé. Haglöfs entend mettre les bouchées doubles et vise, pour 2015 une part de recyclage située entre 40 et 50% pour les vêtements, les chaussureset les sacs à dos. Selon Herbert Horelt, directeur de Haglöfs Allemagne, le matériel recyclé est aussi fonctionnel que du polyester neuf, sauf qu'on économise jusqu'à 90% d'eau et d'énergie.

Préserver pour faire durer

Si le client achète un produit haut de gamme robuste, qu'il en prend soin et l'utilise correctement, il réunit toutes les conditions pour le faire durer. En outre, de nombreux bons fabricants d'articles de marque disposent d'un service de réparation. Transa offre encore plus: on peut y faire réparer des articles achetés ailleurs. Egon Baer est le spécialiste de Transa qui répare depuis cinq ans les articles sous garantie ou pas. Adrian Huber, le spécialiste en durabilité de Mammut, s'était délibérément décidé, il y a quelques années, d'utiliser les conteneurs de l'entreprise I:Co(llect). La marque d'équipement de montagne suisse collabore (tout comme Transa, Adidas, Adler, C&A, Puma) avec cette entreprise dont le but est de recycler jusqu'en 2020 tous les vêtements déposés chez leurs partenaires de coopération, par le biais de boîtes de collecte dans les magasins. Pour motiver les clients à participer, on leur remet un bon en fonction du poids des articles ramenés, quelle quesoit la marque. Quand il ne vaut plus la peine de réparer, il y a d'autres solutions. Lesquelles vous pouvez lire dans RANDONNER.CH

 

Plus sur ce sujet

www.transa.ch/nachhaltigkeit/produktverantwortung/repair.html